Description_CLD

Nouvelles

DES ENTREPRISES DE LA HAUTE-YAMASKA SE DISTINGUENT

Gagnants Concours québécois en entrepreneuriat 2015Granby, le 8 avril 2015 – Le dévoilement des lauréats locaux du 17e Concours québécois en entrepreneuriat avait lieu, au Carrefour de la coopération de la Caisse Desjardins de Granby–Haute-Yamaska, où un peu plus de 60 personnes sont venues découvrir les finalistes du volet Création d’entreprise. Le CLD Haute-Yamaska, responsable local du Concours, a dévoilé les lauréats qui ont obtenu leur laissez-passer pour le gala régional.

Le CLD Haute-Yamaska a reçu 13 plans d’affaires d’entrepreneurs dont l’entreprise est en démarrage ou en prédémarrage. « Ce concours permet de faire connaître et mettre en valeur les projets d’affaires de ces entrepreneurs, tout en leur permettant de rencontrer des gens du milieu socioéconomique de notre territoire », affirme Guy Coulombe, directeur général du CLD Haute-Yamaska.

Même si tous les finalistes peuvent se considérer comme gagnants, la 17e édition de la finale locale du Concours a couronné cinq nouvelles entreprises. Il s’agit de l’Absintherie des Cantons (catégorie Bioalimentaire) de Shefford, Addition Québec (catégorie Commerce) de Granby, Noburo (catégorie Économie sociale) de Granby, Fibre Monark (catégorie Exploitation, transformation, production) et Zenniel Marketing (catégorie services aux entreprises et aux individus) de Granby. L’entreprise Réparation SOS Lift a également déposé sa candidature dans la catégorie Réussite inc. Le processus de sélection de cette catégorie se fait à partir de l’échelon régional uniquement. Les organisateurs ont tout de même souligné la candidature de l’entreprise granbyenne et invité son copropriétaire, Réal Brosseau, à s’adresser aux finalistes afin de les inspirer et de les encourager.

Un événement d’une telle envergure exige la participation financière de partenaires importants. À l’échelon local, nous pouvons compter sur plusieurs organismes qui appuient le Concours année après année : Desjardins, TC Média – Granby_Express.com, M105, le Cégep de Granby, le Centre d’aide aux entreprises (CAE), Commerce Tourisme Granby_Région, le député de Granby, François Bonnardel, Granby Industriel, le Mentorat pour entrepreneurs et intrapreneurs Granby et région et, bien sûr, le CLD Haute-Yamaska qui est l’organisme responsable pour le territoire de La Haute-Yamaska, et ce, depuis maintenant 17 ans.

Lors de la soirée, des prix spéciaux ont également été remis par les partenaires Excellence, Élite et Associé, afin de souligner le travail des finalistes et de les aider dans le développement de leur projet d’affaires. Les gagnants de ces prix ont été sélectionner par les juges du concours et il s’agissait des coups de coeur de ces derniers. Lucie Mainville, de l’entreprise MOMA ainsi que Catherine Grégoire, de ZENNIEL MARKETING, ont tous deux reçu une ½ page couleur de TC Média – Granby_Express.com. La radio M105 a remis 1 000 $ en publicité à Pascal Viscogliosi, de NOBURO – ESPACE DE TRAVAIL COLLECTIF et Josée Larocque, de CRU PASSION GOURMET, a reçu un accompagnement mentoral d’un an de la cellule de Mentorat pour entrepreneurs et intrapreneurs Granby et région.

Rappelons que le Concours québécois en entrepreneuriat vise à soutenir le développement de l’entrepreneuriat au Québec par la récompense d’initiatives concrètes, tant dans le volet Entrepreneuriat étudiant que dans le volet Création d’entreprise, et cela, sur tout le territoire québécois.

Les lauréates et lauréats régionaux seront connus bientôt…
Cette année, le Gala régional aura lieu le jeudi 30 avril 2015, à Vaudreuil-Dorion. Ce sera l’occasion de récompenser les lauréats du Concours et de partager la fébrilité et l’émotion de tous ces jeunes élèves et étudiants, de même que de tous ces nouveaux entrepreneurs qui auront la joie de voir leur projet récompensé et qui célébreront l’accomplissement de leurs efforts.

Photo: Virginia Houle, coordonnatrice au CLD et responsable local du Concours québécois en entrepreneuriat, Jean-Philippe Doyon, de l’ABSINTHERIE DES CANTONS, Guy Coulombe, directeur général du CLD Haute-Yamaska, Catherine Grégoire, de ZENNIEL MARKETING et Pascal Viscogliosi, de NOBURO – ESPACE COLLECTIF DE TRAVAIL. (absent: Maxime Meunier, d’Addition Québec et Janique Scott, de Fibre Monark)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Sans-titre---2

ÉVÉNEMENT

Camerise_2015-04-20

Cliquez sur l’affiche pour obtenir une version en PDF.

TRISTE JOURNÉE POUR LA COMMUNAUTÉ DE LA HAUTE-YAMASKA

Granby, 12 mars 2015 – C’est avec tristesse que le personnel du CLD Haute-Yamaska a appris la décision du conseil des maires de la MRC de La Haute-Yamaska. Lors de sa séance du 11 mars 2015, ce conseil a voté unanimement pour mettre fin aux activités du CLD le 30 juin prochain.

Cette décision est d’autant plus malheureuse, puisque depuis le mois de novembre 2014, l’équipe a pris les moyens nécessaires pour réviser complètement son offre de services, de façon à respecter le cadre financier imposé à la suite de la signature du Pacte fiscal. Malgré une compression de plus de 320 000 $ à son budget, l’équipe du CLD a été en mesure de structurer, en très peu de temps, une offre pertinente afin de répondre aux besoins des entrepreneurs de La Haute-Yamaska, et ce, sans augmentation de la quotepart des municipalités locales. L’absorption de cette coupe budgétaire se fait par une réduction de 240 000 $ de ses fonds de subventions et de 80 000 $ de ses frais de fonctionnement.

Cette offre acceptée avec enthousiasme, il y a quelques semaines, par la majorité des administrateurs du CLD, prévoit une révision de l’approche d’intervention, une bonification de l’offre de formations, des partenariats avec le privé et le développement de nouveaux services tarifés. De plus, la mise en place d’un fonds de démarrage d’entreprise était amorcée, il permet de répondre aux besoins de liquidités des entreprises en démarrage et remplace les fonds de subvention que le CLD offrait auparavant. Le fonds de démarrage prévoit l’octroi de prêts entre 5 000 $ et 25 000 $, sans remboursement de capital et d’intérêt pendant trois ans, afin de rendre disponibles des liquidités à l’entrepreneur, durant la période la plus critique de l’existence de son entreprise. Après trois ans, l’entrepreneur a deux choix : rembourser 110 % de la valeur de sa dette; transformer sa dette en un prêt habituel s’étalant sur 3 à 5 ans selon le montant prêté. Le développement de cet outil financier permet au CLD d’assurer la pérennité de son fonds, de répondre à des besoins de petites capitalisations et d’être pertinent face aux besoins de l’entrepreneur. L’argent de ce fonds provient essentiellement d’une réaffectation des surplus dédiés à des projets abandonnés et des surplus non affectés. Ce sont 375 000 $ que le CLD a mis à la disposition des entrepreneurs, répartie par tranche de 125 000 $. Ce déploiement aurait permis d’assurer la pérennité du fonds, et ce, malgré un taux de perte estimé. Les entreprises en relève n’étaient pas en reste puisque des aménagements dans les modalités de remboursement permettent de maintenir un soutien équivalant à ce que nous pouvions offrir avec nos subventions.

À propos du CLD Haute-Yamaska
Ayant pour mission de contribuer à stimuler l’entrepreneuriat en accompagnant les entrepreneurs, le CLD participe au développement des communautés en amorçant des actions concertées. Il assure également le déploiement des entreprises agroalimentaires et stimule le développement des cultures alternatives. En 2014, l’accompagnement technique, qui constitue le cœur du travail du CLD, s’est soldé par l’accompagnement de 127 entreprises, dont 51 entreprises financées. Ses investissements dans la communauté s’élèvent à 636 790 $, dont 390 500 $ sous forme de prêt, 69 % de ces investissements ont été fait à Granby. Chaque dollar investi en 2014, par l’un ou l’autre des fonds, a généré 13,31 $ en investissement dans le milieu pour un total de 8 475 954 $. Les projets réalisés grâce au soutien du CLD ont également permis de créer ou consolider 164 emplois en Haute-Yamaska. En plus des différents partenariats avec la communauté entrepreneuriale telle que la cellule de mentorat, la Table de concertation en entrepreneuriat Brome-Missisquoi Haute-Yamaska ou J’entreprends la relève (Jeunes entreprises Haute-Yamaska), le CLD a également une implication importante dans le développement des entreprises d’économie sociale du territoire. Le CLD, c’est le développement agricole et agroalimentaire, incluant le développement de nouvelles cultures, le soutien à l’organisation du Marché Public de Granby et région, le Marché de Pâques, le Marché de Noël et le Printemps de boustifaille. C’est également l’instauration, il y a 10 ans, de Vision 2015, une démarche de planification stratégique régionale. Réunissant 75 citoyens qui identifient des défis et des projets collectifs pour le développement de La Haute-Yamaska, Vision 2015 met en valeur les forces et les compétences régionales, permettant donc d’agir au-delà du cours normal de développement qu’aurait eu le territoire sans cette mobilisation. La synergie et l’esprit de concertation insufflés à la région par la dynamique de Vision et ses membres ont permis de mettre sur pied ou de soutenir 175 projets concrets sur le territoire, tels que le Printemps Vert, la Fête de la rivière ou Aînés actifs, le Musée à ciel ouvert, Vélo Famille, les Éco Rendez-vous, la plateforme web Je me lance, l’Opération conciliation études-travail ou encore la campagne À l’envers du trafic. Cinq employés du CLD accompagnent l’un des 8 comités de Vision 2015. Aucune région au Québec n’a eu une démarche semblable qui a rallié autant les élus que les citoyens, sur une période aussi grande.

L’équipe du CLD avait réussi à faire les choses autrement, tout en restant pertinente face aux besoins des entrepreneurs de La Haute-Yamaska. En 2014, les employés étaient présents sur un peu plus de 50 comités faisant de la promotion, de la sensibilisation ou favorisant l’émergence de projets entrepreneuriaux ou, encore, le développement local. Lorsque le personnel travaillait sur l’offre de services, ils aimaient bien se rappeler la citation du cinéaste Pierre Falardeau : « On va toujours trop loin pour les gens qui vont nulle part ».

COMMUNIQUÉ EN PDF